Page Personnelle de Nicolas Jullien

Projets de recherche, publications, enseignements…

Qu’est-ce qu’un Wiki?

« Un wiki est une application web qui permet la création, la modification et l’illustration collaboratives de pages à l’intérieur d’un site web. Il utilise un langage de balisage et son contenu est modifiable au moyen d’un navigateur Web. C’est un outil de gestion de contenu […] » (article Wiki de Wikipédia ). Dans leur travail sur les communs de la connaissance (« Knowledge Commons »), comme pour les autres communs, Hess et Ostrom ont souligné l’importance des technologies utilisées dans l’organisation et la structuration de ces communs. Les logiciels wiki, dont MediaWiki — le logiciel qui organise la production collaborative de Wikipédia — sont des bons exemples de ce fait.

Caractéristiques et fonctionnement d’un wiki. Ce qui caractérise un système « wiki » par rapport à d’autres systèmes de gestion de contenu en ligne, ou Content Management System (« CMS »), tient en son objectif principal, à savoir la rédaction collaborative des pages, en vu de créer collectivement une base de connaissance. Celle-ci peut être accessible de façon publique ou privée, et sa création ouverte à tous ou non, selon la synthèse du schéma suivant :

Accès public Accès privé
Modification ouverte à tous Wikipédia, basé sur le wiki MediaWiki, ou site plus spécialisés, comme les sites d’utilisateurs de jeux en ligne (par exemple Minecraft)

Non pertinent

Modification restreinte et soumise à autorisation Sites web basés sur un moteur de Wiki. Exemple : site de e-commerce bestvente, basé sur le wiki Xwiki, un wiki open-source commercialisé par l’entreprise (française) éponyme Site intranet, système interne de gestion des connaissances. Par exemple, la NASA utilise des wikis pour coordonner le partage de connaissances d’équipes de taille moyenne (~50 personnes)

Le contrôle des accès en édition est fait par la gestion des comptes utilisateurs, comme dans la plupart des CMS.
Les wiki conservent un historique des modifications, ce qui permet de revenir facilement à une version antérieure, en cas d’erreur ou de modification intempestive par exemple. Enfin, le contenu est faiblement structuré, grâce à des mots-clefs et des liens (hypertextes) entre les pages.

L’avantage de cette organisation est que l’on peut développer des contenus spécifiques ou plus généraux, qui répondent aux besoins des créateurs, et éventuellement à la demande des utilisateurs, en récupérant par exemple une partie du contenu d’autres articles. L’inconvénient en est que l’information peut être dispersée dans différentes page et, surtout, qu’il est difficile d’avoir une vue sur l’information disponible et l’information manquante. L’usage d’un wiki semble se justifier particulièrement quand il s’agit de construire à plusieurs un contenu écrit, soit que plusieurs sous-parties, diverses entrées nécessitent d’être produites (encyclopédie), soit qu’il faille collaborer, se compléter ou se répondre dans la production d’un contenu (gestion de projet, ou article d’une encyclopédie) et, ce, que l’accès en production ou en lecture soit public ou restreint (par exemple limité au membres d’une organisation, Poole et Grudin. 2010). Je vais détailler un exemple de wiki, outil-support d’une production encyclopédique (Wikipédia) et un exemple de wiki outil-support de gestion de projet, qui me serviront à préciser le fonctionnement de la production d’un wiki.

L’exemple d’un outil-support d’une production encyclopédique : Wikipédia. Le système de gestion de contenu de Wikipédia, MediaWiki, a été développé par la fondation Wikimedia spécifiquement pour le projet. C’est un logiciel libre, qui est utilisé dans d’autres projets, de la fondation ou non. Toute personne peut contribuer, même de façon anonyme.
Le nombre de contribution par contributeur enregistré suit une loi de puissance (un noyau de contributeur réalise la majorité des édits ; une majorité ne fait que quelques contributions), comme dans la plupart des projets en ligne, et cela quelle que soit la langue étudiée.

Si les futurs gros contributeurs sont identifiables dès leur première contribution, plusieurs profils se dégagent : des « experts », qui se focalisent sur le contenu de certains types de page, et qui évoluent vers la coordination d’articles (ou de certain domaines du savoir) ; des contributeurs, moins nombreux, qui assurent la cohérence de l’ensemble du système, soit en faisant des liens entre les pages, soit en s’investissant dans les interactions sociales, la construction de la communauté. Ce sont ces derniers qui prennent des responsabilités d’« administrateur », ou « admin » (dans Wikipédia. L’« admin » est une personne élue par les « membres » de Wikipédia, c’est-à-dire que toutes les personnes enregistrées (et, en pratique, ayant fait plus de 50 contributions, ou « edits »), qui peuvent donner un avis (pendant une période d’environ deux semaines). La candidature est acceptée par les « bureaucrates », des admins aux pouvoirs étendus, s’il y a une forte majorité d’avis positifs. L’admin est chargé de faire respecter les règles de la plateforme, d’arbitrer les conflits, et qui peut exclure des contributeurs). Ce sont des rôles assez classiques dans les projets en ligne, qui renvoient aussi à l’organisation modulaire du projet, où chaque sous-groupe, chaque sous-projet (l’unité de projet étant ici l’article) fonctionne de façon relativement autonome des autres projets.
Ce système est géré par de nombreux programmes (les « robots », ou « bots »), qui permettent de « monitorer » les éditions pour traquer les attaques sur des articles (« vandalisme »), de corriger des fautes automatiquement, mais aussi de créer automatiquement des articles (notamment en géographie, en récupérant des listes de villes, ou en important des sujets d’articles d’une langue à l’autre). Ainsi, 95 % des edits du Wikipedia en vietnamien sont réalisés par des robots, contre 5% pour le Wikipedia en anglais (Steiner, 2014).

L’exemple d’un outil-support de gestion de projet : les wikis de la Nasa. La NASA maintient plusieurs espace wiki, ouverts ou non au public (pour la plupart fermés). Un exemple d’utilisation est particulièrement mis en avant, celui du wiki du groupe qui gère les activités extra-véhiculaires (sorties dans l’espace), ou EVA group. Ce groupe, relativement petit (50 personnes) et concentré sur une tâche assez spécifique, doit gérer l’ensemble des informations concernant les matériels utilisés dans ces missions, leur mise à jour et leur obsolescence. Comme pour l’exemple de Wikipédia, d’une part, la liste des contributeurs réguliers est beaucoup plus faible que celle des utilisateurs (807 utilisateurs annoncés, 207 actifs, 50 personnes dans le groupe de contributeurs, EVA group). D’autre part, de nombreux outils complémentaires de tri de l’information (des « bots »), sont nécessaires au bon fonctionnement de la gestion et de l’accès aux connaissances (outils d’analyse sémantique et outils de suivi des contributions). Depuis, d’autres équipes et d’autres services de la NASA ont souhaité créer leur wiki, et chaque demande a été traitée comme la création d’un projet propre de gestion de connaissance, même si les mêmes outils ont été utilisés.

Wiki et communs. L’organisation modulaire des projets wiki est un facteur-clé de succès dans les projets en ligne car il permet une très petite équipe de travailler sur le même fichier, en évitant les problèmes de congestion : trop de personnes intervenant en même temps, ou sur la même chose, générant des difficultés pour se répartir les tâches, ou pour converger vers un produit fini. Ce résultat est classique dans la programmation informatique (à un certain niveau, ajouter plus de gens à un projet ne peut que le ralentir, mais quand il y a beaucoup de fichiers sur lesquels travailler, on peut espérer que les gens se répartissent en conséquence), et on le retrouve dans Wikipédia et dans la diffusion des wiki au sein de la NASA. La coordination entre les modules (les articles de Wikipédia, intégrés dans des « catégories »), et l’organisation de cette coordination dépend du niveau d’interdépendance entre les modules. Ainsi, on est plutôt sur une coordination faible dans les « plateformes » du type wiki, qui sont une agrégation de modules autonomes ou faiblement reliés (Wikipedia, Debian, mais aussi les forums spécialisés) : la coordination se fait par la structure, au niveau des règles de « mise en page » ou de mise en forme, de la cohérence de l’ensemble, des règles d’acceptabilité d’un nouvel article, de l’outil d’édition (le wiki) et des outils d’automatisation des tâches de traitement de l’information (les « bots »).

Cela explique, en partie, que des articles de qualité très variable puissent cohabiter, puisque la qualité de l’un n’impacte pas la qualité de l’autre, et que cette qualité dépend de l’intérêt et des compétences d’un groupe pour le sujet. Cependant, globalement, il semble que, dans la ligné de ce qu’a montré Uzzi (2008) sur l’efficacité des équipes, produire un article de qualité, ou un projet de partage de connaissance qui fonctionne, demande un mélange équilibré de contributeurs expérimentés, avec quelques novices (pour la créativité, l’apport de nouvelles sources d’information), et de contributeurs spécialisés dans le contenus et dans le fonctionnement du site et l’administration (pour le respect des règles et la cohésion) (Arazy et al., 2011)

Repères bibliographiques

  • Arazy, O., Nov O., Patterson, R. & Yeo< L. (2011). « Information quality in Wikipedia: The effects of group composition and task conflict”, Journal of Management Information Systems<, 27(4), 2011, pp. 71-98
  • Erika Shehan Poole E. S. and Grudin J. (2010). “A taxonomy of Wiki genres in enterprise settings”, in Proceedings of the 6th International Symposium on Wikis and Open Collaboration (WikiSym ’10). ACM, New York, NY, USA, 2010
  • Hess C. and Ostrom E., « Introduction: An Overview of the Knowledge Commons », in Hess C. & Ostrom E., (ed.), Understanding Knowledge as a Commons. From Theory to Practice, 2006, pp. 3-26.
  • Jullien N., “What We Know About Wikipedia: A Review of the Literature Analyzing the Project(s)”, http://ssrn.com/abstract=2053597
  • Steiner, T. « Bots vs. wikipedians, anons vs. logged-ins (redux): A global study of edit activity on wikipedia and wikidata. » Proceedings of The International Symposium on Open Collaboration. ACM, 2014.
  • Uzzi B., « A social network’s changing statistical properties and the quality of human innovation », Journal of Physics A: Mathematical and Theoretical 41, 22, 2008, pp. 224023-224035

Auteur : Nicolas JULLIEN

Maître de Conférences (HDR) / Associate Professor. LUSSI - iSchool, M@rsouin, laboratoire ICI Responsable du parcours Conseil et Management des SI,master ECOTIC In charge of the Master "Information Systems Project Management and Consulting" http://www.telecom-bretagne.eu/studies/msc/information-systems-management/ Co-animator du réseau Thématique "TIC et Société", Institut Mines-Telecom

Commentaires Clos.